My Blog List

My Blog List

Sunday, March 11, 2012

La vérité sur la Grèce, par Mikis Theodorakis - Pierre-Olivier Combelles

La vérité sur la Grèce, par Mikis Theodorakis - Pierre-Olivier Combelles

Monday, March 5, 2012

"You should know that war is everywhere, that the fight is justice, and everything is evolving through the fight, according to the normal order of things". Heraclitus of Ephesus

The truth about Greece

by Mikis Theodorakis

An international conspiracy is in progress, aiming to complete the destruction of my country.

The attackers began in 1975 with a target modern Greek culture, then they continued with the dissolution of our recent history and our national identity, and now they are trying to exterminate us physically by unemployment, famine and misery. If the Greek people do not rise to the stop, the risk of extinction of Greece is real. I see it happen in the next ten years. The only thing that will survive our country will be the memory of our civilization and our struggles for freedom.

Until 2009, the economic situation in Greece was nothing very serious. The great plagues of our economy were the reckless spending for the purchase of war material and corruption of part of the political, financial and media. But some of the responsibility belongs also to foreign states, among them Germany, France, England and the United States, who earned billions of euros at the expense of our national wealth by the annual sale of war material . This constant bleeding has crushed and no longer allowed us to move forward, while he was the source of wealth to other countries. You could say the same for the problem of corruption. For example, the German company Siemens had a special branch to corrupt the Greeks, to better position its products in the domestic market. Thus the Greek people was a victim of this duo of German and Greek predators who grew rich at the expense of Greece.

It is obvious that these two great wounds could have been avoided if the leaders of both parties pro-American policies had not been infiltrated by corruption. This wealth, work product of the Greek people, and was drained into the safes of foreign countries. Politicians have tried to compensate for this leakage of money by resorting to excessive borrowing that resulted in a public debt of 300 billion euros, or 130% of GNP (Gross National Product).

By this scam, the foreign earned doubly: first, by selling weapons and their products, and secondly, by interest on money lent to the government (and not the people). As we have seen, the Greek people was the main victim in both cases. A single example will suffice to convince you: in 1986, Andreas Papandreou has borrowed a billion dollars to a bank of a large European country. The interest of this loan have been repaid and that in 2010 they amounted to 54 billion euros.

Last year, Mr Juncker said he had noticed himself the massive financial drain of Greece, which was due to overspending (and forced) to buy war materials - from Germany and France in particular. And concluded that these vendors led us to certain disaster. Alas, he confessed that he did nothing to counteract this, so as not to prejudice the interests of friendly countries!

In 2008, the Great Depression arrived in Europe. The Greek economy has not been spared. However, the standard of living which had previously been high enough (Greece ranked among the 30 richest countries of the world), was virtually unchanged, despite an increase in public debt. Public debt does not necessarily translate into an economic crisis. Debt of major countries like the United States and Germany are estimated at thousands of billions of euros.Determinants of economic growth and production. If these two factors are positive, it is possible to borrow from banks at an interest rate below 5%, until the crisis passes.

In 2009 (November), when the arrival of G. Papandreou to power, we were exactly in this position. To understand what the Greek people think of his disastrous policy today, I quote two figures: the 2009 elections PASOK - the political party of G. Papandreou - won 44% of the vote. Today, polls do not give more than 6%.

Papandreou could cope with the economic crisis (which reflected that of Europe) with loans from foreign banks at the usual rate, that is to say less than 5%. Had he done so, our country would not have had a problem. As we were in a phase of economic growth, our standard of living would be improved.

But Mr. Papandreou had already begun his conspiracy against the people of Greece in summer 2009, when he secretly met with Strauss-Kahn, in order to spend Greece under the tutelage of the IMF. This revelation was disclosed by the former head of the IMF.

To achieve this, the economic situation of our country would be distorted, so that foreign banks are afraid and increase interest rates to loan amounts prohibitive. This expensive operation began with the artificial increase in the public deficit from 12% to 15% for the year 2009 (ndt: Andreas Georgiou, Chairman of the Board of the National Institute of Statistics, ELSTAT, suddenly decided in 2009, without seeking consent or informing its board of directors, to account in calculating the deficit some organizations and enterprises that had never been before in any other European country, except Norway. L The objective was to reduce the deficit of Greece over that of Ireland (14%), so that it is she who acts as a weak link in Europe.) For this package, the prosecutor M . Peponis has referred Mr. Papandreou and Mr. Papakonstantinou (Finance Minister) to justice, 20 days ago.

Then, Mr. Papandreou and Minister of Finance conducted a smear campaign for 5 months, during which they tried to persuade foreigners that Greece is like the Titanic sinking, the Greeks are corrupted , lazy and unable to meet the needs of the country. After each of their statements, interest rates rose, so that Greece can no longer borrow money and to give a character to rescue our adherence to the IMF and the European Central Bank. In reality, it was the beginning of our end.

In May 2010, a Minister, the Finance, signed the famous Memorandum (Mnimònio, in Greek), that is to say, our submission to our lenders. According to Greek law, the adoption of such an agreement needs to be put to the vote and be approved by three fifths of the deputies. Therefore, the Memorandum and the Troika who govern us, work illegally - not only in relation to Greek Law, but also in European Law.

Since then, assuming that our journey towards death is represented by a staircase of 20 steps, we have already traveled more than halfway there.Imagine that the Memorandum gives foreigners our national independence and the public treasure, namely our ports, airports, roads, electricity, water, the natural beauty (underground and underwater) etc.. Even our monuments like the Acropolis, Delphi, Olympia, Epidaurus etc.. after giving up all our rights.

Production was slowed, the unemployment rate rose to 18%, 80,000 shops have closed, as thousands of factories and hundreds of crafts. A total of 432,000 businesses went bankrupt. Tens of thousands of young scientists are leaving our country is sinking deeper into the darkness of the Middle Ages.Thousands of people who were well off until a recent time, are now looking for food in garbage and sleeping on the sidewalk.

Meanwhile, we are supposed to live through the generosity of our money lenders, European banks and the IMF. In fact, the entire package of tens of billions of euros paid for Greece, returned to the sender, while we are more indebted because of the interest unbearable. And because it is necessary to maintain function in the state, hospitals and schools, the Troika load and lower middle class of our society to exorbitant taxes that lead directly to famine. The last time we experienced a situation of widespread famine in our country was at the beginning of the German occupation in 1941, with nearly 300 000 deaths in just six months. Today, the specter of famine in our country returns unfortunate and maligned.

If you think the German occupation has cost us a million deaths and complete destruction of our country, how can we accept, we Greeks, threats and Merkel for Germany to impose on us a new Gauleiter ... but this time, this will have a tie ...

The period of German occupation, from 1941 until October 1944, shows how Greece is a country rich, and how the Greeks and workers are aware (sense of commitment to freedom and love for homeland).

When the SS and famine killed one million people and the Wehrmacht destroyed our country, confiscated all agricultural production and the gold of our banks, the Greeks were able to survive through the creation of the National Solidarity Movement and army supporters with 100 000 soldiers, which has selected 20 German divisions in our country.

At the same time, the Greeks not only did they survive thanks to their diligence, but there are held in conditions of occupation, a great development of modern Greek art, especially in the field of literature and music.

Greece has chosen the path of sacrifice for freedom and survival at the same time.

We were attacked, we responded with solidarity and resistance and we survived. We are now exactly the same thing, with the certainty that the Greek people will eventually win. This message is sent to Merkel and Schäuble, stressing that I remain a friend of the German people and a great admirer of his contribution to science, philosophy, art and music in particular.The best proof of this is that I entrusted my entire musical work in two German publishers, Breitkopf and Schott, who are among the largest publishers in the world, and working with them is very friendly.

They threaten to kick us out of Europe. If they will not after us, it is ten times that we do not want to be part of Europe, Merkel and Sarkozy.

Today, Sunday, February 12, me and Manolis Glezos - the hero who snatched the swastika from the Acropolis, thus signaling the beginning not only of the Greek resistance, but also European resistance against Hitler - we we prepare to participate in a demonstration in Athens. Our streets and squares will be filled with hundreds of thousands of people who express their anger against the government and the Troika.

I heard yesterday the Prime Minister-banker said, addressing the Greek people, that we almost hit rock bottom. But that led us to this point in two years? These are the same who, instead of being in jail, threaten MPs to vote for the new Memorandum worse than the first, which will be applied by the same people that brought us to where we are. Why? Because that's what the IMF and the Eurogroup require us to make, threatening us that if we do not obey, it's bankruptcy ... Here we play the theater of the absurd. Circles that hate us (Greek and foreign) and are solely responsible for the plight of our country, threaten us and blackmail us, in order to continue their destructive work, until our final extinction.

Over the centuries we have survived in very difficult conditions. Certainly, the Greeks will not only survive, but they will also revive if they lead us to force the penultimate step of the stairs before death.

Now I devote all my strength to unite the Greek people. I try to convince him that the Troika and the IMF are not one-way street. There is another solution: change the orientation of our nation. Turn to Russia for economic cooperation and building partnerships that will help us showcase the wealth of our country in terms favorable to our national interest.

I suggest not to buy military equipment from German and French. We will do everything for us that Germany pay the war reparations due. These repairs amount, with interest, to 500 billion euros.

The only force capable of these revolutionary changes, the Greek people in a united front of resistance and solidarity to the Troika (IMF and European banks) is flushed out of the country. In parallel, we must consider as invalid all his illegal acts (loans, debts, interest, taxes, purchases of public wealth).Of course, their Greek partners - who have been convicted in the minds of our people as traitors - must be punished.

I am fully focused on this goal (People's Union in a Front) and I am confident we will achieve it. I fought with weapons in hand against the Nazi occupation.I saw the dungeons of the Gestapo. I was sentenced to death by the Germans and I miraculously survived. In 1967, I founded MAP (Patriotikò Mètopo - Patriotic Front), the first resistance organization against the military junta. I fought underground. I was arrested and imprisoned in "slaughter" of the policy of the junta. Finally, I still survived.

Today I am 87 years old, and it is very likely that I will not be alive on the day of the rescue of my beloved homeland. But I will die with a clear conscience, because I will continue until the end to do my Duty to the ideals of Liberty and Law.

Athens, 12.02.2012

Mikis Theodorakis

Translated from Greek by Georgios Sgourdos "Spitha" Spark-Lausanne, Switzerland. Proofreading: Guy Wagner

Mikis Theodorakis

Lundi 5 mars 2012

"Il faut savoir que la guerre est partout, que la lutte est justice, et que tout est en devenir par la lutte, selon l'ordre normal des choses". Héraclite d'Ephèse

La vérité sur la Grèce

par Míkis Theodorákis

Un complot international est en cours, visant à mener à terme la destruction de mon pays.

Les assaillants ont commencé en 1975, avec comme cible la culture grecque moderne, puis ils ont poursuivi par la dissolution de notre histoire récente et de notre identité nationale, et aujourd’hui ils essaient de nous exterminer physiquement par le chômage, la famine et la misère. Si le peuple grec ne se soulève pas pour les arrêter, le risque de disparition de la Grèce est bien réel. Je la vois arriver dans les dix prochaines années. Le seul élément qui va survivre de notre pays sera la mémoire de notre civilisation et de nos luttes pour la liberté.

Jusqu’en 2009, la situation économique de la Grèce n’avait rien de très grave. Les grandes plaies de notre économie étaient les dépenses immodérées pour l’achat du matériel de guerre et la corruption d’une partie du monde politique, financier et médiatique. Mais une part de responsabilité appartient aussi aux États étrangers, parmi eux l’Allemagne, la France, l’Angleterre et les États-Unis, qui gagnaient des milliards d’euros au dépens de notre richesse nationale par la vente annuelle de matériel de guerre. Ce saignement constant nous a écrasés et ne nous permettait plus d’aller de l’avant, alors qu’il était la source d’enrichissement d’autres pays. On peut dire la même chose pour le problème de la corruption. Par exemple, l’entreprise allemande Siemens avait une branche spéciale pour corrompre des Grecs, afin de mieux placer ses produits sur le marché national. Ainsi le peuple grec a été victime de ce duo des prédateurs allemands et grecs qui s’enrichissaient au dépens de la Grèce.

Il est évident que ces deux grandes plaies auraient pu être évitées si les dirigeants des deux parties politiques pro-américains n’avaient pas été infiltrés par la corruption. Cette richesse, produit du travail du peuple grec, était ainsi drainée vers les coffres-forts de pays étrangers. Les politiciens ont essayé de compenser cette fuite d’argent par un recours à des emprunts excessifs qui résultaient en une dette publique de 300 milliards d’euros, soit 130% du PNB (Produit National Brut).

Par cette arnaque, les étrangers gagnaient doublement : d’une part, par la vente d’armes et de leurs produits, et d’autre part, par les intérêts sur l’argent prêté au gouvernement (et non pas au peuple). Comme nous l’avons vu, le peuple grec était la principale victime dans les deux cas. Un seul exemple suffira pour vous convaincre : en 1986, Andreas Papandreou a emprunté un milliard de dollars à une banque d’un grand pays européen. Les intérêts de cet emprunt n’ont été remboursés qu’en 2010 et ils s’élevaient à 54 milliards d’euros.

L’année passée, M. Juncker a déclaré qu’il avait remarqué lui-même l’hémorragie financière massive de la Grèce qui était due aux dépenses excessives (et forcées) pour l’achat de matériel de guerre – de l’Allemagne et la France en particulier. Et il a conclu que ces vendeurs nous conduisaient à un désastre certain. Hélas, il a avoué qu’il n’a rien fait pour contrecarrer cela, afin de ne pas nuire aux intérêts des pays amis !

En 2008, la grande crise économique est arrivée en Europe. L’économie grecque n’a pas été épargnée. Cependant, le niveau de vie qui était jusque-là assez haut (la Grèce se classait parmi les 30 pays les plus riches du monde), est resté pratiquement inchangé, malgré une augmentation de la dette publique. La dette publique ne se traduit pas nécessairement par une crise économique. La dette des grands pays tels que les États-Unis et l’Allemagne sont estimées à des milliers de milliards d’euros. Les facteurs déterminants sont la croissance économique et la production. Si ces deux facteurs sont positifs, il est possible d’emprunter auprès des grandes banques à un taux d’intérêt inférieur à 5%, jusqu’à ce que la crise soit passée.

En 2009, (en novembre), au moment de l’arrivée de G. Papandréou au pouvoir, nous étions exactement dans cette position. Pour faire comprendre ce que le peuple grec pense aujourd’hui de sa politique désastreuse, je cite deux chiffres : aux élections de 2009 PASOK - le parti politique de G. Papandreou - a remporté 44% des voix. Aujourd’hui, les sondages ne lui donnent plus que 6%.

M. Papandréou aurait pu faire face à la crise économique (qui reflétait celle de l’Europe) avec des prêts de banques étrangères au taux habituel, c’est-à-dire inférieur à 5%. S’il l’avait fait, notre pays n’aurait pas eu de problème. Comme nous étions dans une phase de croissance économique, notre niveau de vie se serait amélioré.

Mais M. Papandréou avait déjà commencé sa conspiration contre le peuple grec en été 2009, lorsqu’il a rencontré secrètement M. Strauss-Kahn, dans le but de passer la Grèce sous la tutelle du FMI. Cette révélation a été divulguée par l’ancien président du FMI.

Pour y arriver, la situation économique de notre pays devait être déformée, afin que les banques étrangères aient peur et augmentent les taux d’intérêt de prêt à des montants prohibitifs. Cette opération onéreuse a commencé avec l’augmentation artificielle du déficit publique de 12% à 15% pour l’année 2009 (n.d.t : M. Andreas Georgiou, président du conseil d’administration de l’Institut National de Statistique, ELSTAT, a subitement décidé en 2009, sans demander l’accord, ni informer son conseil d’administration, de comptabiliser dans le calcul du déficit public certains organismes et entreprises publiques qui ne l’avaient jamais été auparavant dans aucun autre pays européen, excepté la Norvège. L’objectif était de faire passer le déficit de la Grèce au-dessus de celui de l’Irlande (14%), afin que ce soit elle qui joue le rôle de maillon faible de l’Europe.) Pour ce forfait, le procureur M. Pepònis a déféré M. Papandréou et M. Papakonstantinou (ministre des Finances) à la justice, il y a 20 jours.

Ensuite, M. Papandréou et le ministre des finances ont mené une campagne de discrédit pendant 5 mois, au cours de laquelle ils ont essayé de persuader les étrangers que la Grèce est, comme le Titanic, en train de couler, que les Grecs sont corrompus, paresseux et donc incapables de faire face aux besoins du pays. Après chacune de leurs déclarations, les taux d’intérêt montaient, afin que la Grèce ne puisse plus faire des emprunts et afin de donner un caractère de sauvetage à notre adhésion au FMI et à la Banque Centrale Européenne. En réalité, c’était le début de notre fin.

En mai 2010, un ministre, celui des finances, a signé le fameux Mémorandum (Mnimònio, en grec), c’est-à-dire notre soumission à nos prêteurs. D’après le Droit grec, l’adoption d’un tel accord nécessite d’être mis aux voix et d’être approuvé par les trois cinquièmes des députés. Donc, le Mémorandum et la Troïka qui nous gouvernent, fonctionnent illégalement - non seulement par rapport au Droit grec, mais aussi au Droit européen.

Depuis lors, en supposant que notre parcours vers la mort soit représenté par un escalier de 20 marches, nous avons déjà parcouru plus de la moitié du chemin. Imaginez que le Mémorandum accorde aux étrangers notre indépendance nationale et le trésor publique, à savoir : nos ports, nos aéroports, le réseau routier, l’électricité, l’eau, toute la richesse naturelle (souterraine et sous-marine) etc. Même nos monuments historiques, comme l’Acropole, Delphes, Olympie, Epidaure etc. après avoir renoncé à tous nos droits.

La production a été freinée, le taux de chômage a grimpé à 18%, 80 000 magasins ont fermé, tout comme des milliers d’usines et des centaines d’artisanats. Un total de 432 000 entreprises ont déposé leur bilan. Des dizaines de milliers de jeunes scientifiques quittent notre pays qui s’enfonce de plus en plus dans les ténèbres du Moyen Age. Des milliers de personnes qui étaient aisés jusqu’à un temps récent, sont maintenant à la recherche de nourriture dans les ordures et dorment sur le trottoir.

Entretemps, nous sommes censés vivre grâce à la générosité de nos prêteurs d’argent, les banques européennes et le FMI. En fait, l’intégralité du paquet de dizaines de milliards d’euros versé pour la Grèce, retourne à son expéditeur, tandis que nous sommes de plus en plus endettés à cause des intérêts insupportables. Et parce qu’il est nécessaire de maintenir en fonction l’État, les hôpitaux et les écoles, la Troïka charge la classe moyenne et inférieure de notre société de taxes exorbitantes qui mènent directement à la famine. La dernière fois que nous avons vécu une situation de famine généralisée dans notre pays était au début de l’occupation allemande, en 1941, avec près de 300 000 morts en six mois seulement. De nos jours, le spectre de la famine revient dans notre pays infortuné et calomnié.

Si vous pensez que l’occupation allemande nous a coûté un million de morts et la destruction complète de notre pays, comment pouvons-nous accepter, nous les Grecs, les menaces de Mme Merkel et l’intention des allemands de nous imposer un nouveau Gauleiter... mais cette fois-ci, il sera porteur d’une cravate...

La période de l’occupation allemande, de 1941 jusqu’à octobre 1944, prouve à quel point la Grèce est un pays riche, et à quel point les Grecs sont travailleurs et conscients (conscience du devoir de liberté et de l’amour pour la patrie).

Lorsque les SS et la famine tuaient un million de personnes et la Wehrmacht détruisait notre pays, confisquait toute la production agricole et l’or de nos banques, les Grecs ont pu survivre grâce à la création du Mouvement de Solidarité Nationale et d’une armée de partisans comptant 100 000 soldats, ce qui a retenu 20 divisions allemandes dans notre pays.

En même temps, non seulement les Grecs ont-ils survécu grâce à leur application au travail, mais il y a eu lieu, dans des conditions d’occupation, un grand développement de l’art grec moderne, en particulier dans le domaine de la littérature et de la musique.

La Grèce a choisi la voie du sacrifice pour la liberté et la survie en même temps.

Nous avons été attaqués, nous avons répondu avec Solidarité et Résistance et nous avons survécu. Nous faisons maintenant exactement la même chose, avec la certitude que le peuple grec sera finalement vainqueur. Ce message est envoyé à Mme Merkel et M. Schäuble, en soulignant que je reste un ami du peuple allemand et un admirateur de sa grande contribution à la science, la philosophie, l’art et la musique en particulier. La meilleure preuve de cela est le fait que j’ai confié l’intégralité de mon œuvre musicale à deux éditeurs allemands, Schott et Breitkopf, qui sont parmi les plus grands éditeurs dans le monde, et ma collaboration avec eux est très amicale.

Ils menacent de nous expulser de l’Europe. S’ils ne veulent une fois pas de nous, c’est dix fois que nous ne voulons pas faire partie de l’Europe de Merkel et Sarkozy.

Aujourd’hui, dimanche 12 février, moi et Manolis Glezos – le héros qui a arraché la croix gammée de l’Acropole, donnant ainsi le signal du début, non seulement de la résistance grecque, mais aussi de la résistance européenne contre Hitler – nous nous préparons à participer à une manifestation à Athènes. Nos rues et nos places vont être remplies de centaines de milliers de personnes qui manifesteront leur colère contre le gouvernement et la Troïka.

J’ai entendu hier le premier ministre-banquier dire, en s’adressant au peuple grec, que nous avons presque touché le fond. Mais qui nous a amené à ce point en deux ans ? Ce sont les mêmes qui, au lieu d’être en prison, menacent les députés, afin qu’ils votent pour le nouveau Mémorandum pire que le premier, qui sera appliqué par les mêmes personnes qui nous ont amenés là où nous sommes. Pourquoi ? Parce que c’est ce que le FMI et l’Eurogroup nous obligent à faire, en nous menaçant que, si nous n’obéissons pas, c’est la faillite... Ici l’on joue du théâtre de l’absurde. Les cercles qui nous haïssent (grecs et étrangers) et qui sont les seuls responsables de la situation dramatique de notre pays, nous menacent et nous font du chantage, afin de pouvoir poursuivre leur œuvre destructrice, jusqu’à notre extinction définitive.

Au cours des siècles, nous avons survécu dans des conditions très difficiles. Il est certain que, non seulement les grecs vont survivre, mais ils vont aussi revivre s’ils nous amènent de force à l’avant-dernière marche de l’escalier avant la mort.

A présent je consacre toutes mes forces à unir le peuple grec. J’essaie de le convaincre que la Troïka et le FMI ne sont pas une route à sens unique. Qu’il y a une autre solution : changer l’orientation de notre nation. Se tourner vers la Russie pour une coopération économique et la formation de partenariats qui nous aideront à mettre en valeur la richesse de notre pays en des termes favorables à notre intérêt national.

Je propose de ne plus acheter du matériel militaire des Allemands et des Français. Nous allons tout faire pour que l’Allemagne nous paie les réparations de guerre dues. Ces réparations s’élèvent, avec les intérêts, à 500 milliards d’euros.

La seule force capable de faire ces changements révolutionnaires, c’est le peuple grec uni en un Front de Résistance et de Solidarité pour que la Troïka (FMI et banques européennes) soit chassée du pays. En parallèle, il faut considérer comme nuls tous ses actes illégaux (prêts, dettes, intérêts, impôts, achats de la richesse publique). Bien sûr, leurs partenaires grecs – qui ont déjà été condamnés dans l’esprit de notre peuple en tant que traîtres – doivent être punis.

Je suis entièrement concentré sur ce but (l’Union du peuple en un Front) et je suis persuadé que nous l’atteindrons. Je me suis battu les armes à la main contre l’occupation hitlérienne. J’ai vu les cachots de la Gestapo. J’ai été condamné à mort par les Allemands et j’ai miraculeusement survécu. En 1967, j’ai fondé PAM (Patriotikò Mètopo - front patriotique), la première organisation de résistance contre la junte militaire. Je me suis battu dans la clandestinité. J’ai été arrêté et emprisonné dans « l’abattoir » de la police de la junte. Finalement, j’ai encore survécu.

Aujourd’hui, j’ai 87 ans, et il est très probable que je ne serai pas vivant le jour du sauvetage de ma patrie bien-aimée. Mais je vais mourir la conscience tranquille, parce que je continuerai jusqu’à la fin de faire mon Devoir envers les idéaux de Liberté et de Droit.

Athènes, 12.02.2012

Mikis Theodorakis

Traduit du grec par Georgios Sgourdos « Spitha »-Etincelle de Lausanne, Suisse. Relecture : Guy Wagner

Míkis Theodorákis

See this link: Syria: Syria and Cyprus in the New World Order Expansionist Plan

No comments:

Post a Comment